Le “Projet Tauromachie de l’UNESCO“

Le “Projet Tauromachie de l’UNESCO“

L’Association Internationale de Tauromachie (Asociación Internacional de Tauromaquia,AIT) s’efforce depuis 2005 de faire inscrire la corrida au patrimoine mondial immatériel de la culture. Sa première demande ayant été refusée ,le lobby tauromachie qui bénéficie d’ores de déjà d’une étendue mondiale, entreprend aujourd’hui une nouvelle tentative de placement de la corrida sous la protection de l’UNESCO en travaillant intensivement au « Proyecto Tauromaquia de la UNESCO ».

Ces gens ne manquent ni de pouvoir ni d’argent et représentent un véritable danger. C’est notre devoir, en tant que leurs opposants, de joindre nos forces afin de nous organiser pour contrecarrer leur plans concernant la « tauromachie ».

Chronologies des activités du lobby tauromachie:

À l’occasion de sa 32ième assemblée qui eut lieu le 29 Septembre 2003 à Paris, l’UNESCO a tenu une conférence au sujet de la protection du patrimoine immatériel de la culture.

L’AIT fut fondée à Madrid en 2004 et incluse dans le registre des organisations du Ministère de l’Intérieur le 27 Janvier 2005 dans le but d’immortaliser la corrida en tant que bien culturel.

La demande de participation du Gouvernement Espagnol au “Proyecto Tauromaquia de la UNESCO” fut faite le 19 novembre. L’on encouragea même la fille du Roi d’Espagne et héritière du trône, Cristina de Borbón, à s’impliquer dans ce projet.

Au début de l’année 2006, toutes les ratifications initialement requises pour la mise en marche d’une évaluation par l’UNESCO furent déposées. Tous les pays pratiquant la tauromachie sont membres de la convention.

Les sources « Taurinos » n’ont pas révélé où ces ratifications ont été déposées, mais nous pouvons toutefois supposer que le projet n’a pas encore été soumis à la commission Nationale de L’UNESCO.

Le 25 octobre 2006, une péttion fut crée incitant toutes les régions autonomes d’Espagne à demander à leur tour l’inclusion de la tauromachie en tant que patrimoine immatériel de la culture.

En 2007, à l’occasion de la Foire du Taureau, le “Proyecto Tauromaquia de la UNESCO” fournit aux Taurinos une chance inespérée de créer des liens avec les partisans Portugais de la tauromachie.

La fondation de l’Organisation Parlementaire pour la Tauromachie, Asociación Taurina Parlamentaria (ATP) eut lieu le 16 février 2007. Cette organisation espagnole compte parmi ses membres des délégués aussi bien passés que présents de l’assemblée nationale, des membres du parlement, délégués régionaux et particuliers. L’ATP pourrait se trouver en mesure de gagner le soutien de nouveaux membres du parlement provenant d’autres pays pour ce projet.

Le mois de juin 2008 vit se réunir des membres du parlement portugais. Cette assemblée eut pour résultat la fondation au Portugal d’une Organisation de Tauromachie Parlementaire Portugaise, jugée nécessaire à l’obtention d’un soutien plus puissant de la défense de la tauromachie.

Une assemblée internationale réunissant tous les partisans parlementaires de la tauromachie eut lieu à Madrid en novembre 2008. Les organisations participantes, originaires de France, de l’Espagne et du Portugal, prirent les décisions suivantes:

« En considération de la valeur artistique et culturelle de la tauromachie, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour obtenir son inscription au patrimoine culturel. »

2008 vit la création de l’organisation Mesa del Toro, dont le but est également la défense de la protection de la tauromachie en tant que patrimoine culturel.

Le 4 et 5 juillet 2008, la tauromachie gagna le Parlement Européen avec une exposition intitulée « Entre hombre y toro » (« Entre l’homme et le taureau »). Il y eut bien-entendu une réponse de la part des adversaires de la tauromachie. Selon les Taurinos, cette exposition sur la tauromachie fut très bien reçue auprès des parlementaires Européens, « …ce qui signifie que les chances d’inscription au patrimoine culturel de l’UNESCO semblent très bonnes. »

Tous les partis impliqués dédient désormais toute leur énergie à promouvoir et faire connaitre le projet, tout en profitant de l’occasion pour se créer de nouveaux contacts parmi les parlementaires Européens. Le projet Tauromachie de l’Unesco a entretemps pris une ampleur mondiale et s’est converti en un colosse à la fois dangereux et bien organisé.

Page 1 of 2 | Next page